Entreprendre Tutos

Comment gagner de l’argent avec un blog (2/3)

gagner de l'argent avec son blog
2

Ce que je vais vous apprendre aujourd’hui m’a fait gagner entre 1400 et 1700 € par mois  depuis 4 mois, (début février 2016), avec une moyenne de 20h de travail par semaine. Il faut savoir qu’à côté j’ai un job de psychothérapeute 35h par semaine, il est donc évident qu’en suivant ce tuto, et le mettant en application 35h par semaine, vous gagnerez bien plus.

Je vous avais déjà publié un tutoriel géant à base de 25 articles de qualités écrits par la communauté bloguesque, pour gagner sa vie avec son blog, mais aujourd’hui je voudrais vous expliquer rapidement (hoho) comment je m’y suis prise concrètement pour gagner de l’argent avec le site Contentologue.

Cette deuxième partie se concentre sur la préparation avant le lancement de votre blog.


Ceci est la 2ème partie de la série Comment gagner de l’argent avec un blog : pour lire la 1ère partie, c’est par ici.


 

Il y a une grosse phase qui vous prendra plusieurs mois, avant de pouvoir lancer votre blog.

De nombreuses personnes, tout émoustillées à l’idée de se lancer dans l’aventure du blogging, créent leur concept, choisissent un nom sympa, un joli template pour leur site et lancent leur blog et pensent pouvoir réfléchir à leur stratégie ensuite…quand elles ont une stratégie !

Il y a pourtant de multiples étapes que vous devez suivre avant d’ouvrir au monde votre super template WordPress, et je vais vous les détailler toutes :

 

Faire une étude de marché

gagner de l'argent avec son blog

Si vous loupez cette étape, vous pourriez bien perdre au pire, des milliers d’euros, au mieux des centaines d’heures de travail. Mais dans tous les cas, vous risquez de vous ramasser méchant.

Et si la sagesse populaire vous dit qu’on apprend toujours de nos erreurs, la réalité vient bien souvent asséner à cette forme de sagesse un grand coup d’enclume sur le coin de la tronche : quand on est dans la mouise financièrement, et qu’on s’étrangle avec nos factures et nos assedics en fin de droits, les erreurs comme celles-là, on s’en passe volontiers, pas vrai ?

Déjà, l’expression « étude de marché », ça fait super flipper. Avec son air de sortir tout droit de la bouche d’un jeune cadre dynamique fraîchement diplômé de son école de commerce. (Vous savez, le type avec une cravate et un attaché case qu’on voit sur la ligne 1 à 8h du matin, à qui on a envie de vomir sa vodka sur les chaussures vernies en rentrant de soirée, tandis que lui se rend à la Défense, rempli de rêves de PEL, de cuisine intégrée en formica, de 4×4 à crédit, et toute autre vision dantesque.)

Une étude de marché, c’est tout simplement savoir si ce qu’on va vendre va plaire aux gens, et à qui, et comment.

« Mais j’ai rien à vendre ! » gémit Anne-Clotilde, qui tient un blog sur les lapins de Garenne depuis 1998, et grâce auquel elle a gagné une fois un ticket de 1 million d’euros, mais en fait non, c’était un spam.

C’est justement ça le truc. Vous ne pouvez pas être sûr de votre produit…avant d’avoir vérifié auprès de votre cible !

 

Par mail

lancement d'un blog

C’est ainsi que j’ai contacté 250 rédacteurs web par le biais de leur site, en leur demandant quel était le principal problème qu’ils rencontraient. Et si je n’avais pas eu de réponses, ou que celles-ci avaient été « Bah, rien, ça va quoi », je me serais immédiatement dit que ma cible était mauvaise, et j’en aurais changé.

Mais non seulement de nombreuses personnes ont répondu, mais qui plus est j’ai constaté que beaucoup d’entre elles avaient des problèmes qui ne concernaient pas uniquement les rédacteurs, mais aussi les blogueurs, prestataires de service…etc.

J’ai relevé 5 problèmes qui revenaient régulièrement :

  • Mieux se vendre
  • Vendre plus cher
  • Convaincre
  • Comprendre le copywriting et le storytelling
  • Attirer des lecteurs sur son blog de prestataire

C’est ainsi que j’ai décidé d’étendre ma cible à tous ceux qui souhaitaient vivre de leurs écrits.

J’aurais pu bloguer pour tous les prestataires de services…Mais étant donné que tous les prestataires de services ont besoin d’un site, et que les produits de ce site seront vendu grâce au référencement (énormément basé sur le contenu), au copywriting, au storytelling…Je me suis dit que j’allais vendre le produit suivant : « Apprendre à écrire pour un blog ».

Dans la 3ème partie de cette série d’articles, je vous expliquerai comment j’en suis arrivée, après le lancement à modifier l’axe du produit et vendre un atelier d’écriture.

 

Par un concours

J’ai créé une page Coming Soon avec un plugin de commentaires Facebook intégré au bas de la page, qui permettait de participer à un concours, et un formulaire d’inscription à la newsletter.

J’ai proposé un lot sympa, le dernier Kindle, et des lots rigolos à l’effigie du logo Contentologue, comme des coussins, des mugs, etc., ainsi que des lunettes exprès pour lire des livres allongés. 🙂

Pour participer à ce concours, il fallait commenter et partager son principal problème rencontré en tant que rédacteur, blogueur, et s’inscrire à la Newsletter. J’ai eu une cinquantaine de participations, mais surtout, j’ai attiré des inscrits.

C’est l’expérience de Noémi Martinelli avec son blog Un blog une fille qui m’a appris à faire cela. Et je confirme que ça marche.

 

Par l’observation

Je suis allée voir mes concurrents. Bien que je sois la seule qui fasse précisément ce que je fais, j’ai tout de même des concurrents, puisque leur cible contient des personnes potentiellement intéressées par mon futur blog.

J’ai regardé leurs problèmes, en lisant les commentaires, j’ai lu les problèmes qu’ils rencontraient en lisant les posts dans les groupes de blogueurs…

J’ai observé les sites des rédacteurs web, des auteurs, des blogueurs, et j’ai noté quels étaient les problèmes majeurs apparents sur leur site.

Ensuite, intuitivement, j’ai commencé à regarder les nombreux blogs d’entreprises, petites et grosses, et j’ai constaté que de nombreux petits prestataires, libéraux, freelances, etc. avaient des blogs sans aucun commentaire et semblaient pourtant avoir donné de l’énergie dans la rédaction de leurs articles.

Et là, j’ai vu une quantité impressionnante de personnes passionnées par leur domaine, qui cherchaient à communiquer cette passion dans l’espoir d’être vu, reconnu, et de pouvoir enfin vendre leurs produits, mais qui visiblement rencontraient des difficultés dans cette démarche.

À retenir :

Une étude de marché, c’est aller chercher quels sont les problèmes de vos futurs clients, et de voir si votre cible est suffisamment étendue pour pouvoir lancer un produit qui marchera.

 

 

 

Se faire connaître

faire connaitre son blog

Il est important que vous vous imposiez dans le paysage de la blogosphère, avant que votre blog ne soit lancé. Cela provoquera beaucoup d’attente, d’espérances et d’impatience chez vos futurs lecteurs.

Vous devez envisager votre blog comme un futur bébé. On n’attend pas la naissance pour acheter des doudous et des couches, et tout le monde veut vous voir avec votre gros ventre rond.

 

Par les articles invités

Ne lésinez pas sur la qualité de vos articles invités. Beaucoup pensent que produire un échantillon signifie « ne pas faire aussi bien que le produit entier. »

Mais si vous partez de ce principe, cela revient à proposer une tasse de café sans goût, ou encore un échantillon de crème sans l’ingrédient miracle…

Non. Un échantillon est à un produit, ce que l’article invité est à votre blog, et non à l’un de vos articles !

Résumé : faites un aussi bon article que vous le feriez pour votre propre blog. Démenez-vous. Le produit final attendu est votre blog, son environnement, sa newsletter, sa communication, son design, son expérience utilisateur…

Comment faire pour se faire inviter par des blogueurs ?

Je suis allée faire un tour du côté de l’excellent blog collaboratif Webmarketing-com, et j’ai vu qu’ils proposaient de collaborer, en donnant quelques motivations.

J’ai publié immédiatement un très long article 27 techniques de storytelling, qui a buzzé, puisqu’à ce jour, il a été partagé 4468 fois.

Et vous savez quoi ? J’étais quasi-certaine qu’il allait buzzer. C’est simple :

  • Les personnes qui publient sur ce site publient rarement des articles aussi long, détaillés et travaillés (6500 mots = j’ai passé 20h à l’écrire)
  • Le Storytelling est super tendance dans le milieu du marketing depuis 2013, mais c’est un concept qui reste flou pour beaucoup.
  • Les titres à chiffres attirent l’oeil
  • C’est mon premier article sur la toile en tant que « Contentologue », personne ne me connaît, je suis bizarre, j’ai un chaton sur l’épaule.
  • Je semble avoir super confiance en moi, alors que je ne connais personne et que personne ne me connaît. (En vrai, je me rongeais les ongles en priant « pourvu que ça marche !!! »)
  • L’article est facile à lire et marrant, et à part quelques vieux de la vieille qui n’aiment pas le changement, tout le monde m’a dit « J’arrive pas à croire que j’ai lu ton article en entier » « c’est passionnant », etc.

Après avoir publié ça, je m’en suis servie comme porte d’entrée pour être acceptée par de gros blogueurs influents, tels que Miss Seo Girl, Mia de Trucs de blogueuse, Haydée et Tony de Travelplugin

À partir de ce moment, j’ai commencé à avoir pas mal d’inscrits à ma newsletter, et je partageais déjà pas mal par mail avec des futurs lecteurs et blogueurs.

 

Comment proposer un article invité ?

Il n’y a pas de méthode officielle, tamponnée par le Haut Congrès de la Blogosphère pour demander à un blogueur de publier chez lui, mais je vais vous indiquer comment j’ai fait.

Premièrement, vous devez écrire l’article. Rédigez quelque chose qui correspondra :

  1. À la ligne éditoriale du blog que vous visez
  2. À l’esprit du blog
  3. Au lectorat du blog

Publiez-le sur votre blog WordPress, caché grâce au plugin Wp Hide Post, qui permet de cacher votre article publié sur votre site aux visiteurs, ainsi qu’aux moteurs. Vous donnez le lien, et comme ça, la personne peut lire l’article directement avec une mise en page sympa, des images…

Si elle refuse, pas de soucis, voilà un article à archiver dans vos brouillons pour une publication ultérieure ou un autre blog.

Si elle accepte, proposez-lui :

  • soit de vous créer un compte auteur sur son blog (bon pour l’authorship), et d’intégrer vous-même tous les médias, configurer le SEO par Yoast, afin que cela ne lui demande aucun travail à part la relecture et l’écriture d’une introduction.
  • soit de lui envoyer un fichier .txt contenant tout le code de votre article (pour les nuls, dans votre éditeur WordPress, vous avez deux onglets : visuel et texte). Vous copiez-collez le contenu de « Texte » dans le fichier. Envoyer, zou.

 

Par les réseaux

gagner de l'argent en bloguant

Il ne faut pas non plus attendre le lancement du blog pour communiquer sur les réseaux.

Créez un profil Facebook lié uniquement à votre activité bloguesque. N’utilisez pas votre compte personnel, car :

  • Le but est d’avoir un maximum d’amis (lecteurs, clients) et votre timeline sera remplie de news variées concernant des mariages, des photos de vacances et de soirées de gens que vous n’avez jamais vu de votre vie. Les news de vos vrais amis vont passer totalement inaperçue, et cela peut nuire à vos relations.
  • Vous allez commenter, partager, majoritairement en relation avec votre activité, vous serez un vendeur.
  • Toute votre communication sur ce profil sera reliée à votre blog, photos, partages, page, etc.

Pourquoi créer un profil plutôt qu’une page ?

C’est simple : regardez mon profil, et regardez ma page. Vous voyez la différence en termes de communication ? Le profil a l’air d’une teuf permanente, avec plein de gens, de commentaires, de photos, de joyeux anniversaire, de likes, de haha, tout ça, tout ça. (N’hésitez pas à m’ajouter en passant. :)) Tandis que ma page a l’air d’une émission télé qui passe en fin de soirée sur France 3 (mais vous pouvez liker quand même).

Pourquoi créer une page alors ?

Il s’agit d’une vitrine qui permet de donner un crédit « confiance » à mon blog. Vous allez sur ma page, 1000 likes, ça fait bien. Et un jour 2000, 3000…

 

Opt In Image
Tu veux des astuces rien que pour toi?

 

  • Reçois dans ta boîte mail des techniques réservées aux abonnés et développe
    des compétences que d'autres n'auront pas (hihi!)
  • Télécharge l'ebook gratuit "Triplez vos tarifs" et apprend comment gagner 3 fois plus.
  • Apaise ton coeur grâce à des gifs animés de chatons mignons réalisés par moi
    (et franchement, rien que pour ça, ça vaut le coup)

 

Créer un storytelling

créer storytelling

Qu’est-ce qu’un storytelling ? Il s’agit de l’histoire que vous racontez par le biais de votre blog.

Par exemple le stroytelling du blog Après la pub raconte l’histoire suivante :

Je suis cool, je suis décontracté, je suis branché, je suis au courant de tout, je vais bousculer votre quotidien, j’aime l’honnêteté, mon humour est pince-sans-rire, je suis un poète avant tout, je suis proche des gens (terroir, pâté, Charente), j’ai des convictions, etc.

Le storytelling de CamilleTalks est le suivant :

Je m’accepte comme je suis, je suis inspirante, je suis sensible et délicate, j’apprécie la simplicité, je sais voir la beauté et je la partage, etc.

Et le storytelling de Contentologue à votre avis ?

 

Par les images

gagner sa vie en bloguant

Les photos que vous ferez pour votre blog seront la première chose que vos lecteurs verront, qu’ils viennent pour vous lire ou pour vous mater, il n’y a pas d’autres possibilités que de se mettre en avant, soi et sa personnalité.

En tant que blogueur, vous n’êtes plus seulement une marque ou un concept, vous êtes une personne et une personnalité. Il n’y a aucun storytelling positif pour vous, si vous mettez des photos atroces, ou mal faites.

Certains blogueurs s’en fichent et leur site marche quand même. C’est certain qu’il est possible de fonctionner en tant que blogueur avec une vieille photo pourrie découpée à la souris sur photoshop et copié-collée sur un fond de paysage Windows, mais il faudra que votre contenu déchire sa race, et que vous ayez une expérience de blogueur et copywriter niveau compet’.

C’est pas forcément le cas de tout le monde, alors ne vous mettez pas de bâtons dans les roues. Je connais une fille à qui on a mis des bâtons dans les roues de son vélo pendant qu’elle roulait, et elle s’est ramassée sur le bitume en mode berserk du genou. C’est ballot.

Il est aussi possible comme Travelplugin de miser sur la photo amateur, mais c’est encore un storytelling spécifique qui dit : « Regardez, on est un couple, on s’éclate, on voyage partout dans le monde, on n’a pas besoin de se prendre la tête pour être heureux. » Et c’est très bien aussi. Mais n »oubliez pas que c’est voulu !

Il est important que l’image que vous vouliez donner soit celle que vous donniez.

Donc pour résumer :

Si vous voulez de belles photos, et qu’elles plaisent, et que vous n’avez aucune compétence en photo, faites appel à un pro.

Réfléchissez à votre concept et mettez-vous en valeur avec votre personnalité.

Exemples de thématiques et personnalité, mis en images :

  • Cuisine Paléo, intégriste : une photo de vous en homme préhistorique et une toque de chef.
  • Astrophysique, doux rêveur : montage de vous conduisant une soucoupe volante
  • Arts martiaux, spirituel : en tenue de combat, au sommet d’une montagne avec soleil levant
  • Voyages pas chers, intellectuel : Lisant Dostoïevski, au milieu de la jungle, habillé en routard.
  • Botanique/Fleurs, baba cool : avec une grosse barbe et des fringues de hippie, devant une serre magnifique et des outils.

Vous avez compris un peu le concept ?

 

Par l’écriture

écrire storytelling

La façon dont vous allez vous exprimer, communiquer par écrit, va jouer énormément sur l’impression que donnera votre blog.

Vous pourriez penser que s’exprimer « naturellement » est le mieux pour communiquer dans un article de blog. Hors, si dans la vie de tous les jours, vous vous exprimez naturellement, et que cela est très bien perçu par les autres, que votre personnalité ressort, c’est parce que :

  1. Ils vous connaissent.
  2. Vous utilisez votre corps pour parler : expressions du visage, gestes, attitudes.
  3. Le ton que vous employez, selon les émotions que vous ressentez, communique quelque chose (60% de la communication)
  4. Vous ne cherchez pas forcément à vendre quoi que ce soit, vous ne passez pas votre vie à convaincre.
  5. Vous passez 99% de votre temps à dire des trucs qui serait inintéressants à lire (Elle est bonne cette pizza, hé t’as pas 2 euros ?, J’adore ce pantalon), et du coup vous exprimer sur des sujets complexes est inhabituel.

Mais dès lors que vous débutez en blogging, et que vous écrivez sans trop calculer, il se passe les choses suivantes :

  • Vos pires côtés ressortent : mesquinerie, maladresse, timidité, ambiguïté, ennui…Bref, vous n’avez pas le corps pour dire les choses, et vous le sentez bien : du coup, vous mettez des points d’exclamation partout, et vous avez l’air hystérique. (Elle est bonne cette pizza !!!! J’adore ce pantalon !!)
  • Vous maîtrisez mal les phrases complexes et, soit vous ne le savez pas, et vos phrases ont l’air hyper bizarres ou véhiculent un message ambigu (Le moteur à explosion n’est pas comme vous pouvez le penser un moteur qui se devrait d’être puissant, mais plutôt le moteur de propulsion. Mes parents ont offert une jument à ma soeur, elle est trop belle et j’ai hâte de la monter.), soit vous le savez, et vous ne faites que des phrases courtes, et vous avez l’air d’un répondeur nazi. (Dites « service après-vente ». Votre numéro n’a pas été indentifié. Appuyez sur la touche étoile.)
  • Vous vous focalisez tellement sur les phrases dans le détail que vous en oubliez l’effet général du paragraphe, voire de l’article dans son entier. (Bon je vais pas faire un paragraphe entier pour illustrer ce problème…)
  • Vos émotions varient plus vite que votre frappe, et vous commencez une phrase avec une émotion et la finissez par une autre. (Ce film était tellement triste que tout le monde pleurait dans la salle, et Robert Downey Jr est trop sexy mdrrr.)

Du coup, il va vous falloir vous concentrer sur quelques émotions et attitudes à véhiculer.

Il ne s’agit pas de s’inventer une personnalité (rassurez-vous, je suis vraiment géniale dans la vie, et la modestie est ma principale qualité, parmi tant d’autres), mais de mettre en valeur certaines caractéristiques de celle-ci.

En gros, à part si vous visez le blog personnel qui amènera à vendre votre autobiographie, dans vos mauvais jours, oubliez la rédaction d’articles. Si vous avez décidé de vous focaliser sur l’humour, les jours de deuil, ça va pas le faire.

Je vous conseille vivement, afin de réfléchir plus facilement à votre Storytelling, de lire Comment trouver son style d’écriture. Je vous fais vous y poser pas mal de questions qui vous seront nécessaires, si vous n’êtes pas le Batman du stylo.

 

Par le nom de votre blog

Contentologue, on aime ou on n’aime pas, mais lorsque je l’ai trouvé, j’ai su que je ne pourrai rien trouver d’autres qui me corresponde et corresponde à mon projet à ce point.

C’est ce qu’il vous faut pour décider d’un nom de marque : il doit correspondre à votre style et à votre sujet.

Si vous vous définissez comme un futur gourou du webmarkting, ou de la spiritualité, vous pourrez miser sur votre nom. Mais attention, pour que votre nom finisse par signifier « méga intéressant et charismatique », il va falloir vous démener pas mal ! Sinon, votre nom risque à tout jamais de signifier « Encore un Mr ou Mme tout le monde qui la ramène. »

Donc réfléchissez bien à ce que vous souhaitez.

Faites une liste de mots, et fonctionnez par association d’idées. Par exemple :

  • Une liste de mots reliés à votre métier
  • Une liste de mots anglophones reliés à votre métier
  • Une liste de mots sur votre personnalité
  • Une liste de mots décrivant votre concept

Ne soyez pas restrictif, notez tout ce qui vous passe par la tête, et cherchez jusqu’à ce que vous trouviez ce nom qui vous dit, comme ça me l’a fait : « Il ne peut pas y en avoir de mieux. »

Maturez ça une bonne nuit, et si au réveil le lendemain vous vous dites : « Non mais j’avais bu ou quoi ? » Recommencez. Sinon, zou !

 

Le budget de lancement

J’ai prévu l’investissement de départ pour le lancement du blog, de 500 €.

Dans ce budget, il y avait les lots pour le concours, des plugins, mon template WordPress, mon hébergement + nom de domaine et quelques gigs Fiverr pour fixer deux trois soucis dans le code.

Le photographe est un ami avec qui nous avons passé l’après-midi à me souffler dans la figure avec un souffle-feuilles, afin de faire voler mes cheveux pour la bannière. 😀 Mais si vous n’avez pas d’ami photographe et suffisamment doué et créatif, je vous encourage vivement à payer un professionnel, car de belles photos sont indispensables.

À vous de voir le montant que vous voulez investir dans votre business, mais ce que je vous conseille, c’est de regarder non pas « combien vous avez à mettre », mais ce que vous avez à faire objectivement. Et soit de mettre cette somme, soit d’économiser encore un peu le temps de l’avoir.

Voyez les choses comme ça : si votre projet coûte 1000 €, mais que vous n’avez que 400 € à mettre, et que vous économisez sur des investissements que vous savez pourtant nécessaires, vous perdrez 400 €. Alors que si vous dépensez 1000 €, votre projet sera à même de fonctionner comme vous l’avez prévu et ces 1000 € seront rentabilisés.

Woilà pour aujourd’hui ! Alors, ça vous inspire quoi ? Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas, je suis tout ouïe (avec les yeux).

Sophie Gauthier
Sophie Gauthier est spécialiste en stratégie de contenu. Elle donne sur son blog des conseils pour mieux rédiger et gagner sa vie avec la rédaction web.
Vous aimerez lire aussi
créer un blog entreprise
Comment propulser votre entreprise à la vitesse de la lumière avec un blog
36 solutions pour démarcher vos clients (2/2)
16 Commentaires
  • Théo Rossi Sep 6,2016 at 2016-09-06T13:08:27+00:000000002730201609

    Bonjour Sophie,

    Aaah, ça fait du bien de lire un article qui soit vrai.
    Tu parles de choses essentielles et que pourtant trop de monde néglige : l’étude de marché, le fait d’avoir son propre style …

    Si on veut lancer un blog qui deviendra un véritable business avec de la vente de produits, pas le choix : il faut réfléchir et se différencier.

    J’ai survolé le travail de mon positionnement sur mon dernier blog … Résultat, je voyais que quelque chose clochait.
    J’en ai relancé un nouveau en le travaillant bien cette fois. Le résultat est là, les bases sont plus solides.

    Merci pour tes conseils.

    En tout cas cette mine d’or est partagée sur Twitter,

    Au plaisir

    • Sophie Gauthier Sep 13,2016 at 2016-09-13T20:46:45+00:000000004530201609

      Hello Théo,

      Merci pour ton commentaire élogieux. Et merci beaucoup pour le partage. Au plaisir de te revoir par ici.

  • Myriam Août 2,2016 at 2016-08-02T05:30:17+00:000000001731201608

    20h pour écrire un article qui buzz ! Ouf tu me rassures. J’en prépare un et je desesperais face au nombre d’heures que je passe devant. Allez croise les doigts pour moi 😉

    • Sophie Gauthier Oct 19,2016 at 2016-10-19T20:40:06+00:000000000631201610

      Oups Myriam, je n’avais point vu ton commentaire ! Oui, 20h, c’est une bonne moyenne, ne désespère pas ! 🙂

  • Sosonia Juin 13,2016 at 2016-06-13T11:02:09+00:000000000930201606

    Bonjour Sophie,
    En plein dans le mille encore une fois ! L’étude de marché…alala elle est souvent laissé à l’abandon sous prétexte que les gens connaissent trop bien leur secteur! Bref, ça m’irrite quand j’entends ça (ou que je le lis…) Les pistes que tu mets en avant sont intéressantes car en effet les prospects ne se trouvent pas à la sortie du super marché dans le cas du blog. Bravo !
    Me tarde d’avoir la suite ! ;-)). Bonne semaine

    • Sophie Gauthier Juin 13,2016 at 2016-06-13T11:54:37+00:000000003730201606

      Hello Sonia,

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Parfois, il est vrai que le secteur est bien connu du blogueur et que le produit va marcher. Mais dans la plupart des cas, sans étude de marché, les blogueurs se plantent. La suite arrive la semaine prochaine.

      À bientôt !

  • Elvire Mai 25,2016 at 2016-05-25T06:42:30+00:000000003031201605

    Bonjour Sophie
    Merci de ta réponse. J’entends par « vendeur de pelles et pioches », ceux qui utilisent leur blog pour apprendre aux autres à faire une mayonnaise en 3 secondes ou peindre la girafe sans coulures par ex…Perso, je tiens un blog de lifestyle (c’est chouette dit comme cela) sur ma région: La Lorraine. Ok c’est moins glamour que la Cote d’Azur mais bon.
    Donc, maintenant que j’ai bien avancé sur le sujet, je cherche à rentabiliser (Le fameux ROI pas glam non plus). Et que si c’était possible en appliquant ou adaptant ta méthode cela m’irait bien.
    J’espère avoir été plus claire cette fois.
    Belle journée à toi.

    • Sophie Gauthier Mai 25,2016 at 2016-05-25T13:25:36+00:000000003631201605

      Je comprends, oui mon article pourra tout à fait te convenir. Par contre, là si tu as déjà un blog, la stratégie de ce premier article ne s’applique plus, puisque c’est la phase pré-lancement. Mais l’article suivant, si tu as déjà pas mal de visiteurs, te sera utile ! Une excellente journée à toi aussi.

  • kategriss Mai 24,2016 at 2016-05-24T20:52:37+00:000000003731201605

    « De but en blanc » voulait dire pour moi : contacter directement la personne chez qui on veut publier un article invité grâce à son formulaire de contact ou mail.
    Sans avoir créé une relation avant (partage de ses articles sur les réseaux sociaux, écriture de commentaires sur ses articles de blogs, etc).

    Bien sûr dans le mail en question je compte bien dire que je suis son blog depuis X temps, que j’ai aimé tel article et que j’aurais aimé contribuer à son blog en proposant tel ou tel sujet.

    Qu’en penses-tu ?

    • Sophie Gauthier Mai 24,2016 at 2016-05-24T23:20:54+00:000000005431201605

      Eh bien voilà ce que je pense : évidemment tu auras plus de chances d’être acceptée par quelqu’un que tu fréquentes déjà en dehors. Mais fréquenter quelqu’un uniquement pour pouvoir lui demander de poster un article, je trouve ça inutile (et total flag :D). Bien-sûr, c’est ce que j’ai fait, et je n’étais que lectrice des blogs que j’ai contacté avant de le faire. Je n’étais jamais entrée en contact avec eux avant. Et c’est par la suite, qu’on se fréquente plus sur les réseaux, d’ailleurs. J’espère avoir répondu à ta question.

  • Elvire Mai 24,2016 at 2016-05-24T06:48:02+00:000000000231201605

    Bravo pour cet article inspirant…Bon, je n’ai plus qu’à me retrousser les manches. Mais, est-ce que ta formule magique s’applique à toutes les thématiques ou uniquement (pardon du terme) aux vendeurs de pioches et pelles ? Peut_être est-ce juste une question de focus. (En clair on a pas tous envie d’un super expert en cheesecake)
    Belle journée, au plaisir de te lire.

    • Sophie Gauthier Mai 24,2016 at 2016-05-24T12:22:18+00:000000001831201605

      Hello Elvire,

      En fait je dois avouer que je n’ai pas compris ton commentaire. Qu’appelles-tu « vendeur de pioches et pelles » et que veux-tu faire à part être expert en ton domaine ? Pour simplifier, tu devrais me dire ce que tu souhaites faire précisément et je comprendrais alors en quoi cet article peut te servir (ou pas). 🙂 Merci pour ton passage et j’attends tes précisions.

  • Claudine Mai 23,2016 at 2016-05-23T10:42:12+00:000000001231201605

    Bonjour Sophie,

    Merci pour cet article. On n’en finit jamais d’apprendre des choses avec toi ! 🙂

    Et au fait joyeux anniversaire !

    C’est toi qui lors d’un atelier d’écriture m’a dit fort justement qu’il fallait assumer son âge.
    J’ai donc mis en pratique ton conseil en affichant clairement sur mon site mes 25 ans d’expérience et le résultat n’a pas tardé…

    Merci encore et gros bisous

    • Sophie Gauthier Mai 23,2016 at 2016-05-23T11:00:53+00:000000005331201605

      Hello Claudine,

      Merci pour ton commentaire, ça me fait très plaisir que tu viennes me faire un petit retour. Je suis toujours contente (et rassurée) de savoir que mes conseils portent leurs fruits.

      À bientôt ! (Et merci pour l’annif 🙂 )

  • kategriss Mai 23,2016 at 2016-05-23T08:06:47+00:000000004731201605

    Pour mon prochaine projet, je compte justement me faire connaître par les articles invités.
    Penses-tu qu’on peut contacter un certain nombre de blogueurs dans notre thématique de but en blanc ? Ou bien faut-il d’abord « créer une relation » poster des commentaires, partager leurs articles sur les réseaux sociaux, etc ?

    Merci !

    • Sophie Gauthier Mai 23,2016 at 2016-05-23T10:59:21+00:000000002131201605

      Coucou Kate,

      En fait, moi je me suis inscrite sur Webmarketing-com, qui, en tant que blog collaboratif accepte tout le monde à partir du moment où tu es motivé et que tu souhaites écrire sur le webmarketing. J’ai écrit un article de ouf, et je m’en suis servie comme « vitrine » pour demander à des blogueurs.

      Tout dépend de ce que tu appelles de but en blanc, je déconseille : « Yo ! Tu publies mon article ou kwa ? » Mais une approche douce : « J’adore ce que tu fais patatitoutou… »

      J’espère que j’ai répondu à ta question ? À bientôt !

Laissez un commentaire

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage