Comment déscolariser ses enfants grâce à la rédaction web

non-sco

Sophie Gauthier

Sophie Gauthier vous apprend à écrire et à vivre de vos écrits. Articles, livres, romans, pages de vente : découvrez comment rédiger et devenir un pro de la plume !

Vous aimerez aussi...

46 réponses

  1. Mathieu Lefevre dit :

    Bonjour Merci pour cet article captivant et inspirant Sophie 🙂 Père d’une petite fille de six mois, je compte bien la non-scolariser 🙂 Ma compagne elle-même est passée par une phase de non-scolarisation, c’est elle qui m’a fait lire ton article, je voulais te remercier personnellement 😀

    Sinon, une remarque.
    Tu as écrit « Entreprenariat » ce ne serait pas plutôt « Entrepreneuriat ? »
    Bien respectueusement,
    Mathieu

  2. Atkinson dit :

    Juste merci

  3. Thalie dit :

    Voulant faire institutrice, l’article m’a tout à la fois enchantée et démoralisée.

  4. Sonia dit :

    Quel article ! Je n’ai pas encore d’enfant mais j’y pense beaucoup pour quand ils seront là… Mais jusque là je ne m’étais jamais posé plus de questions… J’ai 28 ans et j’ai souffert de ma scolarité et des moules dans lesquels je ne rentrais pas! Toujours laissée à part parfois même notée absente alors que j’étais bien présente, je n’étais pas à ma place. Pourtant, j’ai toujours eu une soif d’apprendre, de découvrir, de rencontrer…J’ai d’ailleurs appris à lire seule. Mais je n’ai pu que rester dans mon monde en laissant croire que j’étais comme les autres. A la maison, j’avais mon univers dans lequel je m’épanouissais… Aujourd’hui travailleuse indépendante, je réfléchis à gagner de l’argent en écrivant en plus de mon activité de base. Ton article me donne un vrai coup de fouet et de l’espoir quant à la future éducation que je donnerais à mes futurs petits électrons. Moi-même grand électron libre, on devrait réussir à faire des choses sympa! Du coup, j’ai hâte de vivre ce genre d’expérience! Je n’ai jamais eu beaucoup d’argent et vivant non loin de Saint Sauveur (Coucou à Nathalie) depuis l’âge de 4 ans, je saurais m’adapter et même m’imposer comme une folle qui vit heureuse avec ses petits électrons à fond les ballons! Yesss! Merci à toi Sophie, tes articles sont ce dont j’ai besoin pour réorganiser mes pensées.

    • Merci beaucoup Sonia, je te souhaite une très belle vie et plein de réussite avec ta future famille électrons 🙂 Conserve ton univers, et n’essaie surtout jamais de rentrer dans un moule. (Et encore moins dans une moule) (mouhaha). À bientôt !

      • Sonia dit :

        Merci Sophie! Tu as tout à fait raison je ne rentrerai dans aucun moule ni aucune ! (hahaha :-)) ) C’est vraiment fini ce temps là. Bonne semaine à toi et à tous.

  5. Florence dit :

    Re-hello Sophie,
    j’ai cliqué sur ton lien « 21 astuces pour travailler sur les plateformes » et j’atterris sur un site Les prêts d’honneur – APCA. C’est normal?
    Merciii

  6. Florence dit :

    Merci beaucoup Sophie pour cet article que je trouve super intéressant et offrant plein de ressources, que j’ai commencé à regarder (u compris ton article sur les 60 idées pour être rédacteur sur le web). Cette idée me plaît bien car on réfléchit à la déscolarisation et comment générer un revenu en étant flexible, en partant à l’étranger peut-être, en voyageant de temps à autre. Merci mille fois !

  7. Oumzaza dit :

    Bonsoir à tous,
    Tout d’abord merci Sophie pour la mention, ça m’a beaucoup touchée ! Merci pour cet article très complet, je viens de le partager sur les réseaux =) Blog dans mes favoris à présent =)

  8. Tony dit :

    Ton article met en exergue tout le bon sens que chaque être humain devrait avoir sur cette planète Sophie. Une faculté que l’enfant (meilleur entrepreneur qui soit) pourrait développer naturellement si on lui en donnait l’occasion et les bases.

    La scolarisation bride cette lucidité, supprime spontanéité, créativité et discernement pour mieux manipuler ces petits cerveaux malléables et les « rigidifier » dans une définition de l’adulte complètement biaisée.
    Le système agit ainsi à dessein pour que le peuple reste bien à sa place et participe même de son plein gré à son propre asservissement. Et ce n’est pas la faute des professeurs qui sont eux-mêmes victimes de ce procédé.

    Il y a un peu plus d’un an, j’ai écrit un article fustigeant l’école : http://www.travelplugin.com/bientot-mobilite-numerique-ecole/ axé autour du thème nomade numérique. Je suis resté soft en l’écrivant alors que je pense bien pire !

    D’ailleurs, le premier commentaire qu’il a reçu exprime davantage ma vision de cette entité viciée qu’est l’éducation nationale. Pour reprendre une phrase au hasard :
    « L’école a pour seule mission de nous insérer dans cette société dégénérée, aucunement de s’adapter à nos aspirations de demain, bien au contraire, si chacun devenait un électron libre incontrôlable, indépendant et libre de penser, notre système s’écroulerait. »

    Cela explique peut-être pourquoi il y a autant de « moutons Charlie » ou comment un criminel ultra corrompu comme Hollande peut obtenir 50 % d’opinions favorables en instaurant un début de dictature. (Mais je m’égare et cela n’engage que moi.)

    Voilà comment l’école a tué mes aspirations quand j’étais môme et m’a fait perdre autant d’années avant que je ne reprenne mon éducation et mon destin en main.

    Mais pour cela il faut, comme tu l’expliques, être conscient et capable de se remettre en question (ainsi que le monde qui nous entoure).

    Alors, les choix de vie que tu proposes : Indépendance, décroissance, etc… s’imposent à nous comme des solutions salvatrices qui nous font appréhender de nouveau notre existence de manière saine.

    Désolé, ce n’est pas la partie rédaction web de ton article qui m’a fait réagir, mais les thèmes sous-jacents que tu abordes et qui amènent à une réflexion bien plus profonde.

    En tout cas, ton billet m’aura convaincu d’une chose : même les écoles de type Montessori ou Steiner ne sont pas encore d’assez bonnes alternatives. Et je dis oui à la non-scolarisation.

    • Salut Tony,

      Merci pour ton commentaire. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que le système reste bien en place, grâce à l’éducation que l’on donne aux enfants, et dont l’école est un outil redoutable.

      Mon article est fait pour alerter sur les dangers de l’école et les bienfaits de la parentalité consciente, tout en expliquant « comment faire » pour ceux qui sont bloqués au niveau finances. Ton commentaire a donc toute sa place ici.

      À bientôt! 🙂

  9. Carine dit :

    bonsoir… alors là je suis sur les fesses (je suis assise mais quand-même !). non seulement j’adhère mais en plus je viens de trouver ce que je cherche pour me donner confiance et me lancer dans la rédaction web. je suis maman iefeuse, c’est à dire que mes 2 loulous sont instruits en famille plus en informel que en formel. j’ai lu holt, baker. nous vivons à la campagne en Auvergne avec un petit revenu. depuis un moment déjà je cherche une idée d’activité qui me permettent de concilier liberté et argent. je pense à la rédaction web et à l’infoprenariat depuis un moment. mon compagnon étant disponible pour prendre le relais auprès des enfants, j’ai décidé de me lancer en janvier. tu deviens une référence pour moi grâce à cet article. merci et @ bientôt.

    • Salut Carine,

      Je suis contente que ça te serve. Bravo pour vos choix à toi et ton mari. L’Auvergne est un bon coin pour la non-sco alors? Merci pour ton partage, à bientôt!

      • Carine dit :

        eh je reviens pour te répondre Sophie. est-ce que l’Auvergne est propice à la non-sco ? tout est relatif, je dirais oui pour des personnes qui vivent simplement et veulent faire leur nid en milieu rural voir très rural. je vis en Haute-Loire (sud-est de la région) et le coin nous convient (je dis nous car c’est un choix de vie de couple, les enfants suivent le mouvement) coût de la vie peu élevé, activités diverses, réseaux alternatifs… par exemple, je suis bénévole dans une association de soutien à l’allaitement. d’ailleurs j’ai mis en place le blog, la page facebook et je gère les relations avec la presse locale pour cette assoc : . un taf de rédactrice justement. là, je reviens de mon cour de yoga hebdomadaire. le reste de la famille fait un mémo en écoutant du rock progressif années 70… tout ça pour dire que j’adore la liberté que permet l’instruction en famille ! un véhicule est nécessaire car il n’y a pas de transports en commun ici. @ bientôt !

  10. Pascale dit :

    Bonjour Sophie,
    Encore un excellent article et qui va bien au-delà de la rédaction-web. Pour paraphraser ton titre on pourrait dire: comment faire passer vos valeurs éducatives à travers un article (presque) banal sur la rédaction web Bien joué, le thème est fort intéressant et plutôt approfondi.
    Si je suis en partie convaincue par l’IEF, je doute plus de son accessibilité à tous. Tu décris la personne consciente comme quelqu’un qui se pose des questions sur l’existence, qui se remet en question, qui cherche à apprendre encore et encore, qui écoute ses ressentis, ses émotions etc… Tout le monde est-il capable de devenir une personne consciente? Je ne parle pas de capacités cognitives mais tout simplement de souhait ou de volonté?
    Par ailleurs, il me semble que les enfants ayant des parents « conscients » s’en sortiront toujours, sco ou non-sco, car l’entourage familial sera propice à leur réussite.
    Que fait-on pour les autres enfants, ceux qui ne bénéficient pas des mêmes avantages?
    Une dernière chose (sinon mon commentaire va finir par être aussi long que ton article ), l’école est-elle vraiment aussi noire et inhumaine que tu la présentes? Si les notes, la notion de bien faire ou de mal faire sont encore très présentes, il y a aussi une humanité dans l’école parce qu’elle est aussi constituée d’humains. Et j’aime à croire que ce ne sont pas que des destructeurs d’humanité ou des bourreaux en puissance mais qu’il y existe aussi des personnes « conscientes ». Allez, je m’arrête là Bonne soirée à toi!

    • Salut Pascale!

      Merci beaucoup pour ton commentaire, et pour tes questions constructives.
      Donc pour te répondre:
      -Tout le monde est capable de devenir une personne consciente…dans l’absolu. Après, il faut avoir l’opportunité de se soigner (si traumatismes), de s’ouvrir, d’avoir le temps aussi…
      -Malheureusement, les enfants n’ayant pas des parents conscients, voire maltraitants ne profiteront pas du tout de la non-sco.
      -L’école est inhumaine, dans le sens où l’enfant n’a absolument pas le choix d’être enfermé entre 4 murs tous les jours de son enfance, à apprendre des choses qui sont « au programme », etc…Et si tu vas par-là, il y a des prisons où les matons sont sympas. (Cela reste mon opinion!).

      À bientôt! 🙂

  11. DjenDo dit :

    Bonjour Sophie,
    Je m’étais dit que je ne laisserai pas de commentaire sur ton prochain article mais là, c’est trop énorme pour résister. Moi qui suis jeune maman, a fond de bienveillance, de parentalité positive, et qui a abandonné mon boulot (et me lancer dans le blogging) pour rester à la maison pour permettre à ma fille de devenir l’humain qu’elle doit être tout simplement, je ne peux que soutenir tes propos. Tout est résumé dans ton article et je vais l’imprimer pour le ressortir à ceux qui comprennent pas ma démarche et qui me prennent pour une folle. Félicitation, tu as su expliquer clairement ce que je pense de tout ça.
    Par contre, c’est pas toujours facile financièrement mais ça va venir grâce à tes conseils 🙂
    PS: si tu en as marre de me voir dans tes commentaires, va falloir arrêter de faire des articles qui me bluffent à chaque fois…ça me donne envie de raconter ma vie à tous les coups lol.

    • Salut Djendo!

      Tu t’étais dit que tu n’allais pas commenter? Et pourquoi donc? Ça me fait toujours super plaisir de te lire. Ton blog de Tangkas avance bien?
      Félicitations à toi aussi pour ta décision!
      Pense monétisation: comment monétiser ce blog? En vendant des Tangkas? Tu as toutes les chances de bien te positionner sur ce mot-clé là avec ton blog.
      Bon courage!

      • DjenDo dit :

        Merci pour ta réponse. Mon blog avance oui merci. Je vais monétiser en apprenant comment réaliser un tangka soit-même. Je vois qu’il y a du potentiel là-dessus. Et ce n’est pas difficile pour moi (en dehors de l’organisation…). Je prépare doucement (rho, j’aime pas ce mot… je suis pressée :)). Bref, je vais voir. Et surtout j’essaie d’optimiser le tout avec tes conseil entre autre car je vois que ça marche. Ah si j’oubliais: j’ai décroché 2 articles invités dont 1 dans un blog très visité alors… 🙂 la suite à ton prochain article peut-être mdr.

  12. Audrey dit :

    Bonjour,

    Voilà un (long) article qui rassemble pas mal de points.

    Je relève juste un premier point : je suis entièrement d’accord sur le fait que l’instruction est obligatoire de 6 ans à 16 ans selon la loi, mais l’école devient obligatoire à partir du moment où les enfants ont été inscrits la première année. Si vous voulez les déscolariser, il faut une autorisation de l’Académie (qui peut être refusée) et un suivi spécifique pour mesurer le niveau, à renouveler chaque année. Car si, pour une raison ou une autre, ils doivent réintégrer une école, ils doivent pouvoir le faire à leur niveau.

    Ensuite, il y a une méthode d’éducation qui a retenu mon attention dernièrement : la méthode Montessori, du nom de sa créatrice Maria Montessori, une philosophe italienne qui a décidé de diriger sa carrière vers la cause des enfants. Elle met l’accent sur l’autonomie, la créativité, et la confiance en soi, et ensuite sur l’enseignement lui-même. La façon d’apprendre est à l’opposée de celle de ton exemple. Terminé le stylo rouge et les reproches, place au stylo vert et la mise en valeur des acquis. Elle convient mieux aux enfants et

    J’aime aussi le système de la Khan Academy (ressources d’apprentissage en ligne et gratuites, en anglais pour le moment et cité dans l’article) qui suit le parcours d’apprentissage en privilégiant les acquis et non les notes. On obtient des badges lorsqu’un exercice est compris et résolu. La notion de vrai ou faux n’est pas le point central.

    En tant que rédactrice web, je me plie aux demandes qui parfois, empêchent le processus de créativité. Je me rattrape en tant que maman. Je me rattrape avec les enfants, et on produit des créations régulièrement : pâtisserie, couture, bricolage, décoration, jardinage… ils ont été émerveillés de récolter les patates ! Le petit ne comprenait pas que la terre pouvait donner des légumes. On lui a expliqué, mais tant qu’il ne l’avait pas vu, c’était abstrait.

    • Salut Audrey,

      Merci pour ton commentaire. On peut déscolariser son enfant à n’importe quel moment de la scolarité et de l’année, plusieurs parents l’ont fait. Il faut envoyer une lettre dans les 8 jours à l’académie, et demander à l’école un « exeat » (certificat de sortie). L’académie pourra refuser, mais je n’ai jamais entendu parler de refus, à part pour des personnes qui refusaient elles-mêmes les contrôles annuels.

      Je connais Montessori. C’est plus libre c’est vrai. Mais pour moi, ça reste l’école et l’enfant n’est pas vraiment libre, obligé d’utiliser le matériel Montessori.

      C’est chouette que tu partages des activités créatives avec tes enfants, comme je le dis dans l’article, il est possible d’écrire sur ça! À bientôt!

      • Valérianne dit :

        Je confirme on déscolarise absolument quand on veut et comme on veut. On peut même retourner à l’école un mois et en repartir le mois suivant. L’académie n’a rien à dire. Il y effectivement 1 contrôle par an à passer et c’est tout, il faut vraiment que l’enfant soit mauvais pour avoir l’obligation de rescolariser (2% seulement sont obligés d’y retourner).

        Là ou ça devient drôle c’est qu’avec les 11 vaccins obligatoires, il suffit de ne pas les faire et d’emblée l’école ne pourra plus obliger à réintégrer… exit les contrôles (je tire un peu par les cheveux mais on en est pas loin).

      • Hello Valériane,
        En fait, ça dépend vraiment des régions. Il y a des inspecteurs particulièrement coriaces. Je ne connaissais pas la technique des vaccins, mais il me semble qu’on risque plus que de se faire jarter de l’école en ne les faisant pas…

  13. Nathalie BERTRAND dit :

    Je lis attentivement vos articles, j’ai lu à plusieurs reprises que vous parlez de la campagne, dans cet article vous évoquez la possibilité d’y louer une maison moins chère qu’en ville.

    Pour avoir acheté une maison à côté de saint sauveur en puisaye, dans l’yonne, justement parce que l’immobilier est à un prix dérisoire, je fais l’expérience du bas débit, c’est à dire impossible de travailler correctement avec internet, et surtout les gens qui ont une mentalité très fermée et qui ont besoin à tout moment de faire référence à celui qui avait le champ à côté de… Ils sont culturellement médisants et font des suppositions malveillantes pour tout ce qu’ils n’osent pas demander à la source.

    Bien triste description, je n’ajoute pas les chasseurs qui flinguent dans tous les sens au point qu’il est dangereux d’aller se promener en forêt..

    • Salut Nathalie,

      Eh bien, les habitants de Saint Sauveur en prennent pour leur grade!

      J’ai habité à plusieurs reprises dans la campagne, et ce n’est pas partout comme ça heureusement! De nombreuses petites villes ont une activité riche associative et culturelle. Je pense à Saint-Cyr La Popie, Cordes-Sur-Ciel, Saint-Affrique, Pézenas, quand j’étais dans le Sud. Et en Bretagne, la Côte d’Armor a des coins super, notamment autour de Paimpol. Les Cévennes ont des coins chouettes…etc!
      Quant à Internet, il y a des endroits moins bien couverts que les autres, certe, en tant que rédac web, vaut mieux se renseigner avant.

      Merci pour ton commentraire, je te souhaite d’emménager dans un coin plus sympathique.

      • Nathalie BERTRAND dit :

        Merci d’avoir répondu sophie, je sais que j’ai décris un tableau bien noir.

        Mais st cirq lapopie, cordes sur ciel pour moi ce n’est pas LA campagne, ce sont des endroits très chers, avec des taxes foncières à l’avenant.

        Il y a beaucoup plus de campagnes comme la mienne, le tissu associatif est présent mais réservé à ceux qui rentrent bien dans le moule.

        Alors aller dans ce genre de commune et déscolariser son enfant, quand justement le lien social se tisse majoritairement par ce biais, et sachant surtout qu’à l’avenir les communes qui n’ont pas d’école vont purement disparaître c’est un peu suicidaire.

        ah bien pour info saint sauveur en puisaye c’est quand même le pays de colette.

        Je ne vais pas déménager pour ma part de toute façon j’ai mon jardin et le reste importe peu.

        Alors bonsoir sophie, j’ai vraiment du plaisir à vous lire et j’attends vos articles avec impatience.
        Nathalie Bertrand

      • Merci pour ton retour Nathalie.

        Je reste convaincue qu’il y a des petites villes où des choses se font, et peu chères. Cordes, c’est cher, mais St Affrique par exemple, pas du tout. L’Ardèche, les Cévennes, le Morvan, l’Auvergne, etc…J’ai pas mal voyagé en France, il y a de belles choses. À bientôt!

  14. Haja dit :

    Bonjour Sophie et merci.
    Il y a environ trois semaines, j’ai dit une chose qui a, je pense, coûter cher à ma relation avec une de mes anciens élèves qui est une lycéenne maintenant. Je lui ai dit sans hésitation « Si tu étais ma propre fille, je t’aurais demandé d’arrêter l’école et te conseillé d’apprendre à écrire ». Evidemment, elle n’y a pas répondu jusqu’à maintenant. Pire si ses parents savent que l’ancien prof de sa fille a dit une telle chose. Le non-sco n’est pas une idée très populaire. Ce n’est pas tout le monde qui a soif d’autonomie et de liberté et pense que ses enfants aussi sont comme lui. Merci Sophie, maintenant j’ai des idées claires et surtout je sais que je ne suis pas seul à soutenir cette « folie ». J’ai là toutes les ressources nécessaires. Il me reste à convaincre la majorité de la famille.

    • Re-salut Haja! :p

      Oui effectivement, elle a pu mal le prendre, la fierté est très fragile à l’âge adolescent. Vaut mieux en parler à ses parents, pour savoir si tout se passe bien chez elle. Ce n’est pas normal de ne pas savoir lire au Lycée.

      Si tu as des enfants, cela peut être effectivement un bon choix. Après, il faut voir aussi si la non-sco est faisable à Madagascar…Je l’ignore!

  15. Myriam dit :

    Ma chère Sophie, tu écris des articles très long et pourtant je les lis jusqu’au bout. lol Ca c’est du talent. Merci d’avoir cité mon blog, même si à mon avis beaucoup d’autres sont mieux fait que le mien. L’affiliation amazon, c’est un peu mon dada je l’avoue, je lui dédie une publication par semaine les #mercredisconso. Avec Adsence je n’avais jamais touché un centimes et en plus le visuel du blog était pollué par des bannières clignotantes. Le widget Amazon discret rend service à tout le monde: les consommateurs et moi 😉 Au sein de l’IEF la monétisation est assez mal vu, pourtant quelques téméraires tentent de vendre leurs créations pédagogiques, leurs conseils (et oui il y a des coachs) ou comme moi leurs critiques sur le matériel pédagogique. J’ai poussé le concept des #mercredisconso un peu plus loin en obtenant des partenariats avec des marques. Cela me permet de présenter les dernières nouveautés de jeux ludo-pédagogiques. Au plaisir de te lire.

    • Salut Myriam,

      Ça me fait plaisir ce que tu me dis là.

      Ton blog est bien parce qu’il est « vrai », tu parles des problèmes, pas seulement de la vie toute rose. C’est informatif et c’est ça que les gens cherchent.

      La monétisation est mal vue??? Ils gagnent leur vie comment les zouaves qui disent ce genre de chose? 😀

      Bravo pour tes partenariats et système d’affiliation, je présenterai un article prochainement sur comment gagner sa vie en affiliation.

      À bientôt!

  16. Excellent article, Sophie, comme d’habitude ! Tant dans le fond que dans la forme.
    Ce sujet me parle beaucoup. Tout simplement parce que depuis que j’avais 20 ans environ, j’envisageais d’enseigner moi-même à mon futur enfant. J’avais lu beaucoup là-dessus, notamment l’excellent livre « La méthode Arthur » de Jaona Ramiandrisoa. J’étais littéralement fascinée par cette famille et les progrès incroyables d’Arthur, puis de sa petite sœur Kalvine.
    Hélas, la vie (mes choix ?) a fait que j’ai dû élever mon fils seule, donc travailler…. Et puis quand ils sont petits, ils demandent quand même énormément de présence, je ne suis pas sûre que j’aurais réussi à bosser vraiment comme il faut. Pour ce faire, il me faut avoir la tête libre, être sûre de ne pas être dérangée.
    Tout ceci n’enlève rien à tes arguments (merci pour le TED de Ken Robinson :-p)
    Je garde un soupçon d’amertume, car mon fils a 16 ans et il est en bac pro (outillage-usinage, métier propre à ma région), et son LEP n’est vraiment pas folichon, tant en matière de certains profs que des élèves pas sérieux et voleurs 🙁 Il n’a pas la langue dans sa poche, ce qui nous a valu une commission d’Education, et pour l’instant, c’est en statut quoi. Il apprend à ne pas se laisser faire tout en n’allant pas trop loin dans l’irrespect. Mais je suis triste de constater les dégâts du système scolaire sur nos enfants, puis nous les adultes. C’est vrai que je m’étonne du nombre incroyable de gens salariés qui semblent être de vrais enfants, n’osant même pas dire simplement les choses ! J’ai la chance de bosser chez moi comme écrivain rédactrice. Je ne suis pas seule donc je peux « me permettre » pour l’instant de ne gagner que 300 à 500 €/mois.
    P.S. Les pâtes Barilla sont vraiment meilleures, on n’achète plus que celles-là : les Panzani nous donnent mal au ventre 😉

    • Salut Marjorie,

      Merci pour ton commentaire.

      Dans la non-sco que je présente, il ne s’agit pas d’enseigner à son enfant, mais de le laisser libre, tout en lui présentant différentes opportunités.

      C’est très difficile d’être une mère seule avec ses enfants, sco ou non-sco. Je donne plusieurs pistes pour obtenir aides et soutien dans cet article.

      Bon courage!

      • Merci pour ton retour, Sophie. Oui, le laisser libre, ok, c’est aussi un bon point de vue (auquel je n’ai pas vraiment pensé). Cependant, pour ma part, je ne me vois pas travailler l’esprit tranquille, et j’ai besoin de plusieurs heures d’affilée, si mon enfant encore petit est par là autour, même occupé intelligemment. Et puis j’aime bien participer à son éducation, être là etc. Malgré mon très fort souhait d’avoir offert l’IEF à mon enfant, je crois que ça n’aurait pas été compatible avec qui je suis (j’ai besoin de beaucoup de temps à moi par exemple).
        C’est sûr que mère célibataire, à moins d’être rentières, lol, c’est mort.
        En tous les cas, merci pour toutes tes pistes et recherches 🙂

      • Effectivement, à cet âge, tu ne peux travailler que lorsqu’il dort ou est avec quelqu’un d’autre. Bon courage en tous cas.

  17. Olivier dit :

    Eh bien, un manifeste pour la déscolarisation des enfants en bonne et due forme ! Un article impressionnant et extrêmement bien documenté, bravo. Je suis fondamentalement convaincu des possibilités infinies de l’auto-apprentissage et l’école classique devra se réformer complètement. J’essaie d’y participer, à ma manière. En tout cas je dis tous les jours à mon ado qu’il devra être « agile » et « apprendre à apprendre », ce que je lui démontre…
    Merci encore pour cet ENORME boulot !!

    • Salut Olivier,

      Merci beaucoup pour ton commentaire encourageant! Pour moi, améliorer l’école, ce serait: les enfants y vont quand ils le souhaitent, aux horaires qu’ils souhaitent. Comme les adultes, libres de suivre des cours ou non.

      À bientôt!

  18. Cécile dit :

    Bonjour Sophie,

    Je suis ton blog depuis quelques temps et c’est impressionnant comme chacun de tes articles me parle !

    Je suis 2 genre de blogs : – webmarketing/SEO-redaction web pour mon job de rédactrice web
    – parentalité bienveillante et activités pour les enfants pour mon job de maman (et mon blog au passage)

    Et là tu arrives à faire un article qui réunis les 2 ! Du coup, une fois n’est pas coutume, je laisse mon commentaire (et mon adresse de blog même s’il n’a rien à voir avec la Contentologie (ça ressemble à une secte non ?)).

    Bref, mes enfants sont scolarisés mais, une partie de moi, rêve de l’IEF depuis toujours (l’autre partie rêve d’avoir du temps rien qu’à elle en fait).

    Cela dit, je suis actuellement blogueuse, rédactrice web et maman. C’est quand même pas facile de gagner sa vie (même en étant dans la « simplicité volontaire ») par la rédaction web en ayant les enfants avec soi en permanence.
    Ecrire pendant la sieste, le soir et le week-end, ça reste du temps limité durant lequel on est parfois interrompu et c’est crevant de passer son temps libre (càd sans les gnômes) à rédiger (surtout si tu es plutôt du matin comme moi et que tu te retrouves devant ton ordi le soir).

    Et quand la sieste saute (ici c’était à 2 ans 1/2 pour mon grand !), ils ne veulent pas forcément rester sagement à s’occuper tout seul bien longtemps.

    Je ne dis pas que ce que tu proposes est impossible (la preuve j’ai tenté l’aventure avec le blog) mais mon expérience est que ça demande quand même du temps de faire un truc correct (se former un minimum, faire de la veille, trouver des clients en freelance ou des lecteurs pour son blog, rédiger bien comme il faut, développer un produit pour les blogueurs et le vendre, réussir à garder ses clients tout en augmentant les prix pour les freelance) et ce d’autant plus si tu n’as pas 3 heures de suite devant toi et que tu dois t’interrompre régulièrement.

    Ce qui est effectivement facile c’est la rédaction web qu’attendent les clients des plateformes : un artice mal écrit en 30 minutes max. Mais vu la rémunération…

    Après, peut-être que je ne m’y prends pas comme il faut et ne vais pas à l’essentiel 🙂

    Ton article (notamment) me donne envie de repenser tout ça.

    • Salut Cécile,

      Je suis ravie que cet article t’aies motivée à écrire un commentaire.

      Tu as raison, tout cela demande du travail, et s’il est possible de monter ce genre de blog en 1 mois quand on est sans enfants, il faut évidemment prendre plus de temps quand on en a! C’est pour ça que je parle du prêt d’honneur.

      Il faut dire que tu es en plein dans un âge où l’enfant demande beaucoup de présence et d’énergie. Mais ça vaut le coup, comme tu dis, de repenser tout ça. Lis mon article « 25 articles pour gagner sa vie avec son blog » qui foisonne d’idées.

      J’espère te revoir ici prochainement, merci pour ton partage! 🙂
      Merci de ton partage.

  19. hello Sophie,
    j’espère que tu as passé un angélique week-end.
    Encore un magnifique article comme tu as le talent de les accoucher.
    C’est sûr qu’on imagine tout ce qu’on puisse apprendre hors des carcans de l’éducation traditionnelle. Bien limités ceux-là qui croient qu’il n’y a qu’à l’école que l’on peut apprendre et réussir. Aujourd’hui, et avec l’essor du web, on peut devenir agrégé sir un sujet quelconque; à condition de se donner du temps d’apprendre. Le web est vaste d’informations. Il suffit de choisir ce qui nous convient. Pour parler rédaction web justement, il y a plusieurs pistes sur comment gagner sa vie. Comme tu l’as dit, il n’ya pas que l’écriture des newsletters ou des pages de vente. La rédaction c’est produire de l’information. Et sur internet, la demande est croissante. les gens n’imaginent pas à quel point ils peuvent trouver leur bonheur sur internet.
    Je salue la clarté de cet article. Il aidera de nombreuses personnes à coup sûr.
    Bonne journée la contentologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.