Comment devenir un génie de la littérature ?

Sophie Gauthier

Sophie Gauthier vous apprend à écrire et à vivre de vos écrits. Articles, livres, romans, pages de vente : découvrez comment rédiger et devenir un pro de la plume !

Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. Charly dit :

    Bonjour Sophie!
    Depuis que j’ai reçu ta formation sur comment écrire un roman (j’avoue m’être inscrite sans m’en être souvenu), je me suis remémoré pourquoi j’adorais lire et écrire. Malheureusement, mon réservoir ne parvient plus à se remplir, mon usine est au point mort (OK, j’exagère, depuis les 12 cours je parcours ton blog de manière quotidienne et j’ai pris le temps d’écrire 2x5min, Youhouuuu je suis un génie!!!!! Euh….) et la scène libre, ben c’est la seule chose que j’arrive à faire.
    Tant pis, au moins je commence quelque part…
    Cet article est encore une pépite qui me stimule à reprendre la lecture et l’écriture quelque soit l’ordre.

  2. Boubacar Siddy Bah dit :

    Un article très détaillé, je l’avoue. Le style est pratiquement bien adapté au sujet traité. Cela fait quelque temps je lis ton blog Shophie mais si tu veux mon avis: j’adore ta façon de jongler avec les mots, aspect qui me permet de vouloir jusqu’aux sommets de tes articles .
    Je te suis depuis l’Afrique en Guinée plus précisément.
    Bonne continuation ma rédactrice web préférée !

  3. Alban dit :

    Bonjour. Je suis impressionné par votre capacité à donner autant de vos pensées intimes. Du coup, votre article est très riche et part dans tous les sens et surtout, il est plein de rebondissements. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que vous parliez de notre lien à notre époque et de nos fréquentations. J’ai bien aimé votre camembert (il y a peut-être une directrice financière qui sommeille en vous) sur la connaissance bien que j’aurais rétréci encore davantage les deux parties bleues. Quand vous parlez des personnes qui sont bloquées dans le réservoir, je pense au roman inachevé de Flaubert : « Bouvard et Pécuchet » et aussi à moi pendant de nombreuses années. Pour ceux bloqués dans l’usine, je pense encore à Flaubert et à ce qu’il disait de Balzac : « Quel homme eût été Balzac s’il eût su écrire… ». Pour ma part, je viens de finir d’écrire mon premier roman mais je ne suis même pas sûr d’avoir atteint la scène. Je vais relire cette partie de l’article et y réfléchir. Cela me sera profitable. Merci beaucoup.

  4. Catherine dit :

    Merci beaucoup Sophie,
    Belle découverte que ce tutoriel plein de conseils et d’idées. Comme d’habitude ! J’ai mis deux jours pour tout lire. Bravo !
    A bientôt.
    Catherine.

  5. Sylvain dit :

    Mon dieu, mon dieu
    et oui, même s’il n’a rien avoir là dedans
    c’est juste une formule pour exprimer mon contentement.
    j’ai mis quelques jours à tout lire.
    Oui c’est riche pour quelqu’un comme moi qui découvre ces concepts.
    pourtant je suis moi même un génie si si,
    on m’a délivré un diplôme pour cela (Génie mécanique et productique)°.

    Grand merci Sophie pour ces instants de réflexion initiés ici
    et qui tournent maintenant dans mon brain d’à moi.

    je continue de surfer par ici
    super découverte

    Merci

  6. Hélène dit :

    Bonjour Sophie

    J’adore cet article ‘Comment devenir un génie »: il tombe à point dans mon cheminement. J’ai publié déjà en maison d’édition, mon premier roman est très bien reçu et là, je traîne pour le deuxième. Coincée sur « la scène ». Certaines de tes remarques viennent ouvrir un peu le rideau…Je voulais juste t’en remercier. Tu fais un superbe travail!

  7. Naddy Hynn dit :

    Merci beaucoup Sophie pour cette excellente analyse. Je me retrouve tout à fait ! Y compris dans le on n’est jamais trop vieux !! J’ai 62 ans et j’écris mon premier roman ! Je continue de remplir le réservoir avec mes lectures, je fabrique dans l’usine avec toutes mes connaissances et mes envies (les miennes, pas celles des autres). Je me permets même de rêvasser, en marchant et en cuisinant. Quand à la scène…une autre histoire !! Avec cet article, je comprends tellement de choses !! J’ai maintenant les clés pour ouvrir la porte…magique !!

  8. Alyre dit :

    Un plaisir de lire ta prose. Elle m’a rappelé mon entrainement pour marquer des buts de la tête. J’avais des dispositions, vu ma taille, mais la plupart des frappes s’envolaient à vau-l’eau. Un cousin m’a entrainé dans ma chambre pendant des mois. Je devais frapper dans toutes les positions et tromper sa vigilance. Résultat : je marquais de la tête dans les matchs, avec la tempe, le front, l’arrière du crâne, au ras du sol, en extension, accroupie, en contrepied. Je choisissais dans l’usine de ma pratique, quels outils utilisés dans le réservoir que j’exprimais sur la scène du but. Les mariant pour exprimer ma créativité, But ! Il me reste à en faire autant par tes conseils, de sorte que mes écrits frappent mon but, le lecteur. Tes conseils me donnent la motivation de progresser et de m’améliorer, pas seulement dans l’écriture.

    • Excellente analogie Alyre. Tu as donc déjà pu expérimenter cette théorie par toi-même avec le foot et tu en as donc déjà une connaissance empirique ! Merci pour ton partage, à bientôt !

  9. Mareva dit :

    Cet article est vraiment intéressant, bien écrit, et m’a donné plein d’énergie ! J’ai compris certaines choses sur lesquelles je n’arrivais pas à mettre des mots (les trois parties, par exemple : le réservoir, l’usine, la scène).
    J’ai retenu qu’écrire est toujours la meilleure idée (journaling, notes), mais que ce n’est pas suffisant, car le réservoir doit être riche également,et partager ses écrits en prenant en compte les critiques, est également constructif. C’est un équilibre à entretenir. Merci Sophie pour ces précieux conseils et toutes ces références, avec humour et légèreté!

    • Merci Mareva, oui effectivement, si tu ne devais faire qu’une seule chose, ce serait produire : cela conduit à coup sûr vers une certaine reconnaissance, mais pour aller plus loin, il faut se comporter tout en souplesse. 🙂

  10. Naftaël dit :

    Excellent article…Désormais JE sais quelle route emprunter

  11. Abothine dit :

    Un article d’une qualité incroyable ! Très bien écrit et très investi sur le plan de l’approfondissement théorique et de la démonstration : imparable ! Bravo pour cette excellente analogie ! Ça tient d’u génie 😉
    Je suis bloquée dans le réservoir 😉 mais je vais essayer de mettre en œuvre tes précieux conseils.

  12. Jean-François dit :

    Bel article, motivant. Pourrais-je ajouter un complément sur le génie : l’homme est un gibier facile car il emprunte toujours les mêmes chemins, le génie c’est accepter d’errer dans la lande inconnue hors sa zone de confort, c’est accepter de céder au chant des sirènes, celles d’Ulysse, parce qu’elles nous invitent à la perte de nos certitudes, et de nos « là c’est bien je connais », il y a le risque de se perdre, mais ce n’est qu’on peut découvrir de l’inconnu, ici du non encore écrit.
    Vosusm’avez inspiré ce matin, merci.

    • Hello Jean-François, oui tu as raison, ça rejoint l’ouverture aux nouvelles expériences dont je parle dans « Le réservoir ». Merci pour le partage de cette inspiration. À bientôt ! 🙂

  13. Odile dit :

    Merci beaucoup Sophie pour ce super matériel !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.