Comment maîtriser l’art de créer des titres et obliger vos lecteurs à vous lire  

Comment créer un bon titre qui convertisse


créer un titre accrocheur

 

         Apprends en 7 jours comment vivre de ton blog : clique !

 

Créer un bon titre est au marketing ce que les premières secondes sont à la rencontre : il s’agit de provoquer une prise de décision inconsciente et irrévocable, qui décidera votre lecteur à vous suivre au bout du monde en quelques secondes.

Et, mes chers lecteurs, je sais à quel point vous êtes bloqués lorsqu’il s’agit de créer des titres accrocheurs. (Vous restez bloqué mentalement devant le mot “accrocheur”, que signifie-t’il au fond ?)

Vous bâclez presque toujours cette tâche, pensant que votre incroyable contenu, oui, celui qui vous a demandé tant de temps, d’énergie et de recherches, suffira à séduire votre lectorat.

Mais, petits lecteurs romantiques, en oublieriez-vous notre époque décadente de consommation effrénée ? Cette cour moderne qu’est le web, où chacun essaie de briller auprès des moteurs de recherches comme les courtisans à l’époque des rois, ne favorise en aucun cas la curiosité et l’ouverture d’esprit bienveillante.

Sur internet, la netiquette est la règle, l’insolence fricote de bon aloi avec la muflerie, et personne ne vous fera le cadeau de vous lire pour vous faire plaisir.

En gros, on est tout plein, on veut tous se faire remarquer, et on est prêt à stratégiser comme des fifous de la guerre pour y arriver.

Alors, si vous êtes prêts à vous saisir des clés du royaume des titres, j’arrête immédiatement les métaphores pour rentrer dans le vif du sujet.

Dans cet article, vous verrez tout d’abord les règles générales de copywriting qui s’appliquent aux titres, je vous donnerai des informations indispensables pour vous compreniez exactement comment ils fonctionnent.

Ensuite, vous comprendrez comment appliquer ces règles de copywriting à vos titres d’articles de blog, d’e-books, publicités et de pages de vente.

Vous me connaissez : je vais vraiment vous apprendre à créer de bons titres. Vous avez donc intérêt à me lire jusqu’à la fin. C’est compris Julie ? C’est compris David ? (Le truc de ouf si tu t’appelles vraiment Julie ou David)

 

 

Avant-propos

Dans cet article, on part bien-entendu du principe que votre contenu est utile à votre lecteur. Aucune règle divine, aucune astuce maligne ne marcheront sur un titre qui introduit un contenu dont tout le monde se fout.

Inutile donc de vous atteler à mettre en forme “13 façons de vous gratter le coude” ou “Comment rester courtois avec les touristes qui se mettent sur la gauche de l’escalator”,

Vous veillerez donc tout d’abord à créer un bon article, c’est à dire utile, et inspirant si possible.

 

 

Créer de bons titres : la fin plutôt que le moyen

 

Votre titre doit exposer le résultat que souhaitent obtenir vos lecteurs et non le moyen d’y parvenir.

Si vous créez un article “Comment maigrir avant l’été”, ou pire “15 aliments à faibles calories”, vous manquez votre cible. Certes, vous pouvez voir ce genre de titres partout, et ils marchent à un certain niveau, dans la mesure où :

  • Le blog est déjà bien référencé (et ancien)
  • La niche est ultra convertissante

Mais réfléchissez une seconde au véritable besoin du lectorat d’un tel article : une cible plutôt féminine, qui souhaite plaire à la plage. Votre lectrice type a envie qu’on lui dise “Wow ! Quelles jambes superbes !”, quand elle courra en bikini pour attraper le ballon de beach-volley.

Vous serez donc plus inspiré d’écrire : 5 techniques pour sculpter des jambes de déesses et ensorceler les maîtres-nageurs 

Oui, les maîtres-nageurs, c’est bien, ça montre un désir à long-terme (de type sexualo-convertible). Et bien qu’elles veulent aussi les barmans, les pères de famille, les surfers, les étudiants erasmus et les vendeurs de chouchous, vous serez avisé de réfléchir à ce qui semble à la fois crédible, vendeur et politiquement correct.

“Mais moi je les connais pas les résultats qu’y veulent nos lecteurs” se navre Anne-Clotilde, dont le blog sur les lapins de Garenne peine à dépasser le lecteur hebdomadaire.

Anne-Clotilde, pour connaître les résultats que veulent tes lecteurs, il faut aller chercher :

  1. Dans ton étude de marché (tu as fait une étude de marché bien-sûr ?)
  2. Sur les forums (de la niche, mais aussi généralistes)
  3. Sur les autres blogs concurrents (les articles qui marchent le mieux, mais aussi dans les commentaires)

Si votre titre expose le moyen, qu’il soit très spécifique et concrètement enseigné dans votre article, et qu’il dirige systématiquement vers la fin : Comment créer une boutique en ligne pour vendre vos produits

Si vous aviez écrit “Comment créer un site web” ou “Comment créer une boutique en ligne” ou pire “Comment créer un e-commerce”, vous manquiez votre cible.

Car ce que votre cible désire, c’est : vendre ses produits.

Un dernier exemple :

15 jouets à offrir à Noël qui ne finiront pas en haut de l’étagère

 

De bons exemples chez nos amis blogueurs :

Dans ces 3 exemples, le blogueur indique clairement le résultat obtenu ou le problème résolu.

Ces 3 titres auraient pu manquer leur cible de cette façon :

  • Mes 15 plantes décoratives préférées
  • Bien utiliser les lentilles de contact
  • Comment faire une sèche.

 

 

Créer un titre accrocheur c’est faire une promesse

créer un bon titre promesse

 

Cette promesse doit contenir suffisamment de force pour engager votre lecteur à lire. Et ceci quel que soit votre contenu, un article, un livre, etc,

Lorsqu’on lit votre titre, on ne peut résister à cliquer pour obtenir le résultat promis.

Comment rendre votre promesse forte ?

  1. En promettant de résoudre un problème important de votre lecteur
  2. En promettant de donner une méthode, un moyen d’y parvenir
  3. En promettant que l’article est accessible à tous
  4. En attisant le désir

Je vais vais à présent développer ces 4 points.

 

Mais avant tout, il faut que vous compreniez ceci :

Votre lecteur veut qu’on lui explique le mystère de la vie. Quel que soit votre domaine. Il veut obtenir le pouvoir suprême : celui de la compréhension. En comprenant comment obtenir un résultat, il obtient non seulement le résultat, mais le sentiment de maîtriser son obtention. Il sera désormais capable de résoudre son problème pour toujours. Il possède la clé.

Votre but n’est pas seulement d’avoir un titre qui donnera envie de lire, mais aussi une envie de vous suivre, de vous lire encore, de se rappeler de vous, de faire des commentaires et critiques élogieuses.

Vous devez vous rappeler de ça en rédigeant vos titres. Analysez vos titres : s’ils ne semblent promettre aucune révélation, ils sont très certainement faibles.

 

 

Comment créer un bon titre : résoudre un problème

résoudre un problème

Le problème d’un lecteur est intimement lié à son besoin et par extension, son désir.

Vous devez donc connaître votre lecteur, ainsi que ses rêves, ses galères, ses frustrations.

Imaginez-le disant : “Ah si seulement je pouvais…” Que pourrait-il ?

En gros, quel est son vœu de lampe à génie ? (Dans le domaine de votre niche, j’entends…Sinon tout le monde dit “Je veux avoir des vœux infinis, gnagnagna”)

Que tape-t’il sur google, désespéré d’y parvenir ? Qu’est-il convaincu qu’il faille réaliser sur lui-même pour avoir sa place dans le monde ?

 

Prenons l’exemple d’un blog de mode masculine.

Votre lecteur est donc un homme qui pense que bien s’habiller est une chose très importante pour obtenir sa place dans le monde (professionnellement, amoureusement, etc).

Il dit “Ah, si seulement je savais m’habiller !”

Que veut-il dire par “savoir s’habiller ?”

Votre étude de marché vous a déjà aiguillé :

  • savoir trouver son style
  • savoir marier les couleurs
  • avoir la classe
  • ne pas être ridicule
  • plaire aux femmes
  • impressionner les autres hommes

Vous voilà avec 6 problèmes concrets que vous devez pouvoir promettre de résoudre.

Mais si votre lecteur veut avoir le sentiment de vraiment maîtriser la compréhension (posséder la clé) de ce pouvoir (le pouvoir de bien s’habiller), vous devez lui expliquer comment. C’est à dire que lui dire “le bleu va bien avec le gris”, ne l’aidera PAS.

Il faut lui expliquer le fonctionnement des teintes par rapport à la couleur de peau, cheveux et yeux, comment fonctionnent les couleurs entre elles, comment être sûr qu’elles nous aillent, combien de couleurs porter, comment oser porter une couleur originale et avec quoi, etc.

Et votre titre doit contenir toute cette promesse.

Par exemple : 5 étapes pour savoir choisir et associer les couleurs de vos vêtements

Décortiquons ce titre :

  1. 5 étapes = il s’agit d’une stratégie complète, à suivre dans l’ordre. Comme un cours. Ça donne confiance. Il y en a 5, c’est suffisant pour choisir des couleurs de vêtement. Moins, ça ferait cheap, plus ça serait lourd.
  2. savoir = maîtriser. On possède la clé du savoir une fois l’article lu.
  3. choisir = pouvoir de connaissance qui permet de choisir soi-même. On est son propre maître, on peut faire nos propres choix sans se tromper (projection d’aller dans un H&M tout seul et être confiant dans ce qu’on va y chercher).
  4. associer les couleurs = la promesse de base. Il faut la mentionner, bah oui.
  5. vos = vos couleurs, pas celle d’un autre. Cet article est fait pour le lecteur qui lit, c’est personnalisé.

 

 

Les titres les plus accrocheurs : Les méthodes

trouver un titre accrocheur

Il y a 3 types de contenu :

  1. distrayant
  2. cultivant
  3. didactique.

Ici nous nous penchons sur le didactique uniquement. Pourquoi ?

Parce que le distrayant a une méthode de titrage qui correspond à de nombreux paramètres autres que ceux indiqués ici.

  • Intriguant, comme La mort n’est pas une fin (le meilleur livre d’Agatha Christie selon moi)
  • Drôle, comme L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
  • Renommée de l’auteur, Marc Lévy pourrait écrire “J’ai casser mon stilo”, ça se vendrait.
  • Curiosité, malsaine ou pas, comme “Regardez ce que fait cette femme agressée dans le métro !” “Vous n’arriverez pas à croire ce que ce chaton arrive à faire avec ses patounes !”. Triste, oui oui moi aussi je clique.
  • Désir de s’informer sur l’actualité : “Donald Trump meurt en s’étouffant avec sa perruque, sa femme parle enfin.” (Mi-putaclic, mi-important)

Le cultivant, c’est pour les chercheurs, les étudiants et les passionnés : Les titres doivent être avant tout explicatifs du contenu, du genre La guerre Sino-Japonaise (1937-1945), ou encore Bali, la cuisine indonésienne en 100 recettes, etc.

 

Vous lisez cet article, car vous voulez être certain d’attirer avec vos titres : je suppose donc que vous souhaitez, dans l’idéal, gagner votre vie avec vos contenus. Il faut donc vous concentrer sur la résolution des problèmes, et pour cela, il faut absolument que vos écrits soient des méthodes.

Une méthode, ça ne signifie pas que tous vos articles doivent être une méthode détaillée ennuyeuse, mais que vous donniez le moyen à votre lecteur de résoudre son problème.

Et vous avez la possibilité d’attaquer ceci par tous les angles possibles et imaginables, y compris en étant distrayant, drôle, et cultivant.

Vous avez de nombreux moyens de résoudre un problème. Dans cet article, j’y détaille 30 angles d’attaques pour des articles de blog. Ce ne sont que des exemples : vous avez envie d’être inspirant ? Pas de souci, comment pouvez vous aider votre lecteur en étant inspirant ? Vous souhaitez parler de votre expérience dans un pays ? Comment cela peut-il aider votre lecteur ?

Posez-vous toujours cette question, et vous trouverez la manière d’orienter votre titre. Il doit promettre de donner une solution, même si c’est subtile.

Exemples :

Créer des titres forts : les rendre accessibles aux débutants

pour les nuls
1 bras, 1 peu de chocolat

Vous avez sûrement déjà lu ceci sur mon blog : je conseille de prendre vos lecteurs pour des enfants de 8 ans.

(NB : Si vous avez lu “prendre les lecteurs pour des cons”, je vous suggère de revoir votre vision des enfants.)

Pourquoi ?

Un enfant de 8 ans est capable de comprendre la signification du vocabulaire moyen de la population francophone, c’est à dire environ 3000 mots. Il est aussi capable de comprendre les concepts et les notions abstraites (la mort, le second degré, etc), et de nommer ses émotions.

Vous, à votre âge, vous en comprenez plus de 3000, car vous avez reçu des informations et des spécialisations particulières. Votre voisin aussi, mais pas les mêmes.

En gros, chaque lecteur possède 3000 mots communs avec l’autre. Des connaissances de bases similaires, donc.

Voilà pourquoi vous devez penser à votre lecteur comme un enfant de 8 ans : parce que vos connaissances communes avec lui sont de l’ordre de la base, en tout cas, il y a des chances que ce soit le cas, et souvent.

Alors, si votre titre exprime des concepts qui ne sont compréhensibles que par une niche, des spécialistes, des connaisseurs, eh bien, non seulement vous ne serez pas lu par tous les autres (ils sont bien plus nombreux), mais en plus de ça, vous aurez même du mal à être lu par les membres de votre communauté, qui connaissent peut-être autant de choses que vous, mais ne les formulent pas de la même façon.

Un contenu didactique, quel qu’il soit, doit être accessible à tous.

Cela ne signifie pas que vous deviez vous adresser uniquement aux débutants. Mais qu’un débutant doit être autant capable de lire l’article, qu’un spécialiste.

Ce genre d’idées est bien ancré dans la tête des français : pour avoir l’air d’être pro et parler à des pros, je dois utiliser un langage de pro.

Alors, oui, vous donnerez l’image d’un pro. Vous impressionnerez, effraierez un peu même, on vous regardera en se disant “Ouh la la, celle-là c’est une pro !”.

Mais on ne lira pas votre contenu. Basta.

 

En gros, il faut maîtriser l’art de la vulgarisation.

Mais alors, il ne faudrait plus aucun contenu pour ceux qui maîtrisent déjà le sujet ?

Bien-sûr que si. Mais il doit pouvoir être lu par des débutants. Et si vous introduisez des notions complexes, des termes complexes, veillez à ce qu’ils soient expliqués, ou que des liens soient fait vers des définitions ou articles plus simples sur le sujet. Mais pas dans le titre !

Donc exit ce genre de titres : Comment mettre en place une campagne de publicité Facebook.

Cet article va vous expliquer comment faire de la pub sur Facebook, ok ? Avez-vous réellement besoin de connaître le mot “campagne” avant de lire l’article ? Non.

Dans votre article, il y aura un chapitre de la méthode qui expliquera par exemple “Cliquez sur créer une nouvelle campagne”, et là, pouf, le lecteur débutant découvrira que créer un ensemble de pubs s’appelle campagne. L’expert ne sera en rien empêché de le faire.

Donc vous préférerez : Le guide détaillé de la publicité sur Facebook, ou Comment créer des publicités Facebook ou même Vendre ses produits Facebook pour les nuls.

Même un pro dont les pubs Facebook ne marchent pas, aura envie de lire un article ou un livre “pour les nuls”.

 

 

Créer un titre qui attise le désir

créer un titre qui attise le désir

Le besoin est intimement lié au désir. On a un problème, qui crée un besoin et cela provoque le désir d’obtenir sa résolution.

Il faut donc créer des titres affriolants, qui donneront désespérément envie de lire le contenu.

Vous voyez ces blogs ou ces auteurs qui déclenchent ce  “je clique sur tout, j’ouvre tous les onglets, je mets tout en favori, j’achète tous les ebooks.” ?

Ça doit être votre blog, vos ebooks.

Pour commencer :

 

Spécifique et concret tu seras

La première règle à suivre pour attiser le désir est d’être spécifique. Soyez hyper concret dans votre titre : qu’obtiendra précisément votre lecteur une fois qu’il vous aura lu ?

Ceci fonctionne très bien pour les recettes de cuisine :

Gâteau moelleux aux Pink Lady® et caramel de coco à la fleur de sel (vegan, sans gluten)

Ce titre est hyper spécifique. Il ne s’agit pas d’un simple gâteau au caramel, mais :

  • au caramel de coco (incroyable ! c’est quoi ? Je veux savoir ? Ah bon, on peut faire ça ?)
  • à la fleur de sel (c’est quand même plus sexy que le sel la baleine au fluor dégueu)
  • Végan (la plupart des gens ne sont pas végans, mais tout le monde culpabilise pour la planète, et puis y a ceux qui veulent arrêter, et les vrais végans bien-sûr)
  • Sans gluten (on se trouve toujours trop gros, y paraît que c’est le gluten, on sait bien que c’est plutôt les heures passées sur une chaise et les abus de chips, mais bon.)
  • Pink Lady® ! Le nom de ouf, super stylé, en plus y a ® quoi ! Genre la meuf a créé un concept. Je veux manger ça. Ça me donne le sentiment de faire partie d’une team privilégiée de gens qui ont le droit de réaliser ce gâteau.

 

À présent, amusons-nous à prendre des articles de blog au hasard et à leur donner un titre plus spécifique :

Ces titres sont tout de même plus attrayants, comme ça n’est-ce pas ?

J’ai juste lu leur contenu, et vu ce qu’ils apportaient concrètement au lecteur. Essayez de faire de même avec vos anciens articles.

Il est évident qu’en pratiquant de cette façon, votre titre sera réaliste. Si vous indiquez concrètement à vos lecteurs ce qu’ils peuvent attendre de votre article, vous éviterez de promettre l’impossible.

 

 

Un lapin bleu avec 3 oreilles

Vous le voyez ce lapin ?

C’est grâce à la faculté de visualisation du cerveau. Le cerveau est comme ça : tu lui donne une description d’image, il te produit une image en une fraction de seconde. Mieux : tu lui donnes des mots d’un champ lexical, il te fait un film. Spielberg est jaloux.

 

Prenons par exemple ce fameux livre Libérez votre créativité : qu’est-ce qui fait que ce titre soit aussi attractif ?

C’est que Julia Cameron n’a pas dit “Développez votre créativité”, ni “Améliorez votre créativité”, mais “Libérez votre créativité”.

Libérer, du champs lexical de la prison. La créativité n’est pas sous-stimulée, mais emprisonnée.

C’est donc une image qui est utilisée.

 

De même pour le titre de cet article : Comment maîtriser l’art de créer des titres et obliger vos lecteurs à vous lire.

Pour la première partie du titre, j’utilise 2 images : la maîtrise, et l’art.

J’associe l’idée d’avoir acquis une connaissance à une maîtrise (donc non seulement posséder la connaissance, mais en avoir acquis un niveau qui confère à la maîtrise). Et j’associe l’idée que créer un bon titre est un art, pour l’élever à un niveau qui va bien au-delà du blogging et du marketing. Pour que les lecteurs se sentent comme faisant partie d’une élite. (Si tu es un ardent lecteur de mon blog, je te rassure : c’est bien le cas).

Dans la 2ème partie, j’utilise une image : obliger. C’est le rêve secret de tout écrivain : posséder les mots secrets et magiques qui conduisent systématiquement le lecteur à lire. Ici, je n’ai donc pas dit “donner envie” mais “obliger”, c’est une force de contrainte qui n’est normalement possible qu’avec la force physique ou la loi faisant autorité. C’est comme si je vous disais grâce à ce mot : Transformez vos titres en article de loi, avec le soutien de l’armée, pour que les gens lisent votre contenu. 😀

 

Voici un autre exemple avec une accroche de pub Facebook :

Titre accroche pub

Que signifie ce titre ? Ou plutôt : qu’aurait pu dire ce titre en moins accrocheur ?

Maigrissez.

C’est tout.

Mais le bon publicitaire ne dira pas cela. Déjà, il aurait l’air d’une sorte d’hypnotiseur nazi, mais en plus il ne suggère aucune image (à part peut-être celle d’une personne affamée, ou qui maigrit sans pouvoir s’arrêter comme dans La peau sur les os de Stephen King).

Alors, qu’a fait cette coach ? Elle a décortiqué l’image idéale du résultat obtenu par le client.

Cette image idéale (et hyper originale), est une femme qui est belle à la plage. C’est l’été, elle a maigri de façon incroyablement rapide, grâce au super programme qui a effacé par miracle 10 années de pizzas, de position assise quotidienne, ainsi que 2 grossesses, et à présent elle court au bord de l’eau, s’arrêtant de temps en temps pour faire des ricochets avec des coquilles d’huîtres, sous l’œil brillant du maître nageur bodybuildé.

De plus, nous avons tous connu ce phénomène génial de fonte des kilos en été, avant que ne se produise ce phénomène fatal de la reprise (+ 2 offerts !) en hiver.

Nous avons donc un corps d’été (youpi) et un corps d’hiver (bouh).

Mais alors, au fond, qui sommes-nous réellement ? Ne serions-nous qu’une illusion dans cette vie ? L’existence précède t’elle l’essence ? Je ne suis pas folle vous savez.

Nous désirons que notre véritable soi soit le corps d’été bien-sûr ! Et l’hiver, notre vrai soi se recouvre d’une couche de gras qui nous fait paraître magiquement atroce, comme une robe de pauvre sur le corps gracieux de Cendrillon, c’est tout !

On doit donc être révélé. Grâce à un sort magique si possible. Genre Revelio corps d’été, et Expelliarmus corps d’hiver.

 

Créer des images mentales en bref :

Commencez par visualiser le résultat obtenu par votre lecteur. Ce résultat idéal amènera certains mots, dont vous rechercherez le champ lexical.

Il faut que ces images soient :

  • Positives
  • Flatteuses
  • Maximisées (n’utilisez pas des images mignonnes et sympathiques, mais grandioses et incroyables).

 

Vous avez à présent les bases de connaissances pour créer un titre accrocheur. Travaillez régulièrement, lisez les titres des articles et essayez de les rendre plus attractifs en suivant ces préceptes pour vous entraîner, et vous deviendrez un pro du titre !

Utilisez ces connaissances pour vos titres d’articles, d’ebook, de pages de vente et d’accroches publicitaires. Gardez cet article en mémo dès que vous cherchez un titre !

 

À présent, concentrons-nous sur des notions un peu plus pragmatiques :

 

Créer un titre optimisé

Il y a des titres qui n’ont besoin d’aucune optimisation : pages de vente et accroches publicitaires, car vous n’employez pas le référencement pour les faire connaître.

Par contre, pour les ebooks et vos articles, il faut tout de même veiller à ce qu’ils permettent un bon référencement.

Si vous utilisez un plugin comme Yoast ou Seo Ultimate, vous avez toujours la possibilité de créer un titre optimisé pour les moteurs et un titre accrocheur un peu moins optimisé pour vos lecteurs.

Selon moi, il est indispensable de créer à la fois un titre optimisé et accrocheur pour les moteurs, car ce sont tout de même des gens qui cherchent sur les moteurs, et vous aurez plus de chance d’être cliqué (et donc de remonter), si votre titre attire l’œil.

Optimiser un titre, c’est assez simple. Il suffit de mettre l’expression clé la plus recherchée par les internautes et de la placer le plus possible en début de titre. (Par exemple, pour cet article, mon expression clé est “créer un titre” (et je l’ai mis au pluriel pour les lecteurs et au singulier pour les moteurs, mon titre pour les moteur étant “Comment créer un titre et obliger vos lecteurs à vous lire”)

Cherchez l’expression clé à placer : Commencez par taper vos idées de mots clés et regardez les Google suggests, tout en bas. En suite vous utilisez un outil comme celui d’Adwords, qui vous montre le volume de recherche (il vous faut un compte Gmail), et vous voyez quel est le volume proposé.

Attention aux doubles sens ! J’avais l’expression “trouver un titre” qui me donnait plus de résultats, car cela a rapport avec “trouver le titre d’une chanson”. Regardez bien la liste des mots-clés qui apparaissent en suggestion pour être sûrs.

 

 

À quel moment élaborer votre titre ?

Au début, votre titre doit prendre la forme d’un sujet à traiter. Avant d’écrire l’article, il vous faudra avoir déterminé :

  • Le problème de votre lecteur
  • Son besoin
  • Son désir
  • Le résultat concret qu’il souhaite obtenir

Cela vous permettra de toujours suivre son fil conducteur tout au long de l’écriture : votre article doit bien répondre à la promesse, et rien de ce qui est écrit ne doit être hors-sujet.

À la toute fin, procédez à la pure création de votre titre. Prenez le temps. Selon moi, 30mn minimum sont nécessaires à bien élaborer votre titre. Ne tombez pas dans le piège de ce genre de pensées : “le titre c’est juste une phrase, donc c’est pas long à écrire comparé à l’article”, c’est le plus important, car s’il n’est pas bon, personne ne vous lira. Je répète : personne ne vous lira (même votre liste d’inscrits).

Si Emily Brontë avait écrit Les hauts de Hurlevent, en le titrant “Les tourments de la passion”, elle n’aurait évidemment pas eu le même succès.

 

Et maintenant que vous avez compris le fond de la méthode, voici une liste de 7 astuces bonus à appliquer  pour vos titres :

 

 

7 astuces pour créer des titres encore meilleurs

 

 

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu. Si vous le souhaitez, soumettez-moi vos titres dans les commentaires, afin que je les améliore pour vous, et surtout, partagez, car Contentologue a besoin de trafic sur les réseaux sociaux, merci !

Sophie Gauthier est spécialiste en stratégie de contenu. Elle donne sur son blog des conseils pour mieux rédiger et gagner sa vie avec la rédaction web.

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Comment maîtriser l’art de créer des titres et obliger vos lecteurs à vous lire  

Comment créer un bon titre qui convertisse

"

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Boyer Dominique
Invité
Bonjour Sophie, merci pour cet article ! Alors voilà, je vais bientôt mettre en ligne mon site ecommerce de vente de mon chocolat artisanal (vegan, cru, sans gluten) et je compte bien utiliser le blog pour générer du trafic. Sur un article dont le sujet est : comment nous fabriquons notre chocolat ? Si j’essaye de cerner le problème et le désir du lecteur, est-ce-que ça pourrait donner : Problème : – On ne sait pas comment est fait le chocolat (les gens pensent souvent que ça pousse sur les arbres, pour de vrai !!) – On ne sait pas… Read more »
Anaelle
Invité

Super instructif, merci pour cet article très complet. Et pour l’ensemble du blog qui me fait rire, en plus de me faire progresser.

Alex Spiga
Membre

T’es une machine Sophie !
Faire un article aussi complet, et allier idée globale, travail en profondeur et détails techniques (SEO) sur un sujet mille fois traité et qui peut paraitre banal… chapeau !
Banal, mais en même vraiment crucial en effet.
T’as beau faire le meilleur article / email du monde, si le titre donne pas envie d’aller plus loin, c’est mort. Et c’est un vrai boulot, une vraie compétence à développer parce que le seul but d’un titre, c’est de faire cliquer !

Cédric Noumbissie
Invité
Cédric Noumbissie

Merci pour l’article Sophie. Très inspirant. Moi j’ai un souci. Les astuces que tu nous as fournies s’appliquent-elles aux titres des articles du site d’une organisation? Par exemple, peut on mettre à profit ces astuces dans le cadre d’un article qui rend compte d’une activité menée sur le terrain par une association?

Hiéra
Invité

Super article ! Merci surtout d’avoir traité la question de l’optimisation SEO des titres en plus de leur attractivité. J’ai parfois l’impression que les articles sur le SEO et ceux qui parlent de rendre les titres accrocheurs pour les lecteurs se contredisent… C’est bien d’avoir un article qui parle des deux facettes de la question ! Mais maintenant il va falloir que je réfléchisse un peu plus à mes titres…

Guillaume Servos
Invité

Merci Sophie pour ce très bon article. C’est toujours un plaisir de te lire.

Magali MGB
Invité
Magali MGB

Bonjour Sophie !
Merci pour cet article vraiment enrichissant.
Je suis en train d’écrire mon premier ebook didactique grâce à ta formation “comment écrire un livre et le vendre”. J’essaye de bien suivre ta méthode étape par étape et je n’en suis pas encore au titre final. Mon titre actuel me sert de “fil conducteur” mais n’est pas du tout optimisé !
Merci encore et bonne continuation !
Magali.

Chinez sur Contentologue

Freelances : triplez vos tarifs

Téléchargez gratuitement mon ebook : Triplez vos tarifs.

Mes formations

Articles populaires